Démolition

Démolition

Démolir un ouvrage en maçonnerie

Un ouvrage devenu trop vétuste ? Ou besoin de détruire votre ancienne maison pour en reconstruire une ? Dans le cadre de notre guide sur les opérations de gros-œuvre, découvrez dans cet article les différentes techniques de démolition en maçonnerie.

Démolition : les différentes méthodes

Désormais, on ne parle plus de démolition mais de déconstruction, le tri sélectif des matériaux et l’enlèvement des gravats entrant désormais en ligne de compte, avec leur décontamination, leur déplombage ou leur désamiantage.

Il existe différentes méthodes de démolition, selon l’emplacement de l’édifice à démolir (à l’intérieur ou à l’extérieur), sa hauteur, sa frome, son matériau (béton, béton armé, ouvrage métallique), la présence éventuelle d’une armature, ou encore l’environnement (contraintes au niveau du bruit, de la poussière, vibration).

Ainsi, la démolition peut être :

Manuelle : on procède alors à un dérasement ou à un sapement
• Mécanique : méthode du godet et au croc avec la pelle de démolition, méthode du bouteur ou méthode de la pince de démolition
• Découpage
• Démolition à l’explosif
• Démolition par expansion

Le dérasement

Cette opération manuelle consiste à détruire l’ouvrage de haut en bas, en commençant par les parties hautes de l’édifice. On a recours à cette technique pour diminuer la hauteur d’un ouvrage sans intervenir sur les fondations ou lorsque l’on souhaite protéger les habitations qui l’entourent de la chute de pierres et des gravats. On l’utilise pour démolir les enceintes et murailles, les clochers et autres tours

Le sapement

A l’inverse, cette technique consiste à démolir manuellement l’ouvrage de bas en haut. On va ainsi saper les bases en réalisant une saignée à la base de l’édifice, et à mesure de la progression du sapement, on installe des cales et des étais sous les parties porteuses du bâtiment, remplaçant les parties détruites. On va ensuite détruire ces cales et ces étais pour que le bâtiment s’effondre. On va pour ce faire incendier les cales si elles sont en bois, ou on enroule des câbles autour et on tire pour provoquer l’effondrement.

On utilise cette technique pour détruire une tourelle ou une cheminée, ou lorsque l’on veut voir le béton se disloquer au sol.

Cette technique est très dangereuse et ne peut être mise en œuvre s’il y a des habitations à proximité.

Méthode du godet et du croc

La technique de démolition à la pelle mécanique hydraulique peut se faire par poussée (on pèse sur la construction), par traction (on tire sur la construction) ou par choc (in frappe sur l’ouvrage pour ébranler les fondations). On utilise pour ce faire des pelles à godet ou à croc à béton.

On va utiliser la pelle à godet pour détruire les bâtiments bas qui résistent peu à la traction. On va agir sur un point correspondant au centre de gravité de l’édifice. Ce type de pelle est parfait pour détruire les murs porteurs et les bâtiments en maçonnerie (parpaings, briques) et présente l’avantage de permettre de charger les gravats dans une benne.

La pelle à croc, elle, va être utilisée pour les démolitions secondaires, c’est-à-dire qu’on va utiliser cette pince géante pour détruire les blocs tombés au sol ou séparer la ferraille du béton.

Méthode du bulldozer

Un bulldozer, ou bouteur, est un tracteur équipé d’une lame que l’on peut orienter et avec laquelle on va pousser les matériaux pour les faire tomber. Les bulldozers sont parfaits pour les bâtiments en parpaings ou en brique et présente l’avantage de permettre le chargement des gravats dans une benne. En revanche, on ne peut avoir recours à cette technique sur pour les bâtiments de moins de 3 mètres de haut.

Méthode de la pince de démolition

La pince de démolition est utilisée pour broyer des pièces de béton étroites. On la monte sur une pelle de chantier et on l’équipe de mâchoires.

On a recours à des mâchoires universelles en U pour les démolitions légères à moyennes , pour détruire du béton fortement armé, pour couper des profilés en acier ou pour fragmenter et séparer des matières.

Quant aux mâchoires universelles coupe acier en S, elles sont utilisées pour démolir les bâtiments dont la structure est en acier ou pour fragmenter et séparer des matières.

Démolition par découpage

La démolition par découpage est utilisée pour délimiter de manière précise les parties à démolir. On va alors scier ou faire une série de perforations. Ce découpage peut s’effectuer au diamant, à la scie ou par hydro démolition.

On va utiliser des diamants synthétiques pour découper des matériaux durs tels que le béton, tandis que les outils à diamants sertis vont être utilisé pour découper les matériaux tendres.
On peut aussi utiliser des scies au sol, des câbles diamantés pour les ouvrages très épais ou immergés ou l’hydro démolition, c’est-à-dire par projection d’un jet d’eau sous très haute pression.

Le découpage est une méthode qui présente l’avantage d’être précise et de ne générer ni chocs ni vibrations

Démolition à l’explosif

C’est la méthode la moins dangereuse et la plus économique pour détruire un ouvrage de plus de 20 mètres de haut. Il existe différents types d’explosifs et différentes techniques.
Cette méthode suppose de prendre toutes les mesures nécessaires en termes de sécurité.

Démolition par expansion

Idéale pour la démolition partielle, la démolition par expansion se fait à l’aide d’éclateurs hydrauliques, de vérins hydrauliques ou d’agents expansifs.

Cette méthode ne s’applique pas aux bâtiments en béton.

Démolition et sécurité en maçonnerie

Après avoir vu l’article sur la démolition en maçonnerie, voyons ici la sécurité sur la démolition.
Afin d’effectuer de la meilleure des manières la démolition d’un bien immobilier, il vous faudra respecter quelque règles de base qui pourront s’appliquer quel que soit le type de bien que vous désirez démolir.

Afin d’assurer la tranquillité de tous, des règles de sécurité ont été établies et adoptées par l’INRS et l’OPPBTP.

Bien évidemment avant de pouvoir détruire un bien quel qu’il soit, il vous faut faire la démarche pour une demande de permis de démolir et connaitre les directives techniques de CCTP de démolition (cahier des clauses techniques particulières).

Comme vous pouvez vous en douter, la démolition entraine généralement de gros risques pour les alentours. Il existe plusieurs risques dû, tout d’abord à la manipulation d’engins qui peuvent être de différentes tailles et qui sont généralement conduits par des non professionnels lorsque l’on décide de démolir son propre bien. Une double vigilance est alors à adopter.

L’écroulement du bâtiment, de vos murs ainsi que de la toiture sont à anticiper. Les chutes de gravats sont aussi monnaie courante dans ce genre d’opération. Si vous décidez d’utiliser des explosifs, il est recommandé de faire encore plus attention, vous aurez compris pourquoi. Pour finir très souvent la présence de plomb ou encore d’amiante est découverte au moment de la démolition.

Votre chantier devra donc être entièrement sécurisé afin d’éviter tout accident. Il existe des moyens habituels de sécurisation. Concernant votre chantier, il devra évidemment être clos au public afin d’éviter les intrusions de toutes personnes étrangères au chantier. Pour se faire, n’hésitez pas à mettre en place un grillage, une barrière de sécurité ainsi que des clôtures et un passage destiné aux piétons.

Il vous faudra aussi protéger la voirie en mettant en place des écrans de protection verticaux ou encore des caoutchoucs épais. Vous aurez également une possibilité très pratique qui est de demander un arrêté de votre mairie mais de façon à mettre en place un système d’arrosage afin de limiter la poussière. Pour ce qui est des contrôles divers pour les lignes électriques aériennes, il faudra respecter une certaine distance avec les lignes, de 3 à 5m en fonction du nombre de volts qu’elles dégagent. Pour finir avec ces étapes, vérifier que le réseau gaz et eau soit bien sécurisé de façon à éviter des problèmes qui pourraient être plus grave à réparer.

Venons-en maintenant aux engins de chantier comme les pelles de démolition, les bouteurs qui sont en fait des bulldozers, ainsi que les pinces de démolition. De façon assez générale il est très déconseillé de laisser une personne non expérimentée et non assermentée conduire ce genre d’engins. Une autorisation de conduite est bien entendu obligatoire, qui va être donnée par l’employeur. En tenant compte aussi des engins de chantier qui doivent aussi être maintenus en état, de façon à éviter les problèmes mécaniques, en les contrôlant tous les ans.

Un bâtiment est avant tout construit comme une tour, il va donc s’écrouler de façon linéaire dans la plupart des cas. Etablissez donc une zone de sécurité assez large pour être tranquille lors de la démolition.

Note importante : Ces articles proposés sont tirés de plusieurs sources sur internet et donnés à titre indicatif. Les éléments donnés, dans l’ensemble, respectent les règles internationales de l’art de la construction, mais sont pour la plupart, calqués sur le modèle européen.

De légères différences peuvent apparaître en fonction des pays. Pour le cas particulier du Cameroun, veuillez-vous référer aux textes suivants :

  • Loi N° 2004-003 du 21 avril.2004 régissant l’urbanisme au Cameroun ;
  • Décret 2008 N° 0737 / PM DU 23 AVRIL 2008 fixant les règles de sécurité, d’hygiène et d’assainissement en matière de construction.

Source : http://monmacon.pro

Partager avec d'autres sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *